Prendre RDV pour un bilan
Nous n'avons qu'une vie qui mérite la prise de risques

Nous n'avons qu'une vie qui mérite la prise de risques

08 Sep. 2015
2 min

Témoignage #1 : nous n'avons qu'une vie qui mérite la prise de risques

Ces prochaines semaines nous allons vous proposer une série de portraits de femmes qui ont fait le choix de se reconvertir professionnellement. Elles partageront avec nous et vous leur cheminement, leurs doutes, leurs attentes et leurs projets.

Nous débutons avec Caroline Dilhuit. Celle-ci vient tout juste d’effectuer un bilan de compétences. Elle réfléchit déjà à ses prochains challenges, après de nombreuses expériences dans plusieurs domaines, en France et aux USA.

Qui êtes-vous ?

J'ai 47 ans, je suis assistance dans un bureau d'expertise géotechnique, et viens de donner ma démission.

Quel est votre parcours professionnel ?

J'ai entamé ma vie professionnelle par de belles expériences. Aux USA, où j'ai travaillé pour Disney pendant un an, en tant que hôtesse dans un restaurant de Paul Bocuse, puis je suis rentrée chez Lee Cooper, (les jeans), en France, où j'ai commencé au standard, puis j’ai progressé, d'assistante marketing, à assistante ADV. Je me suis rendue compte que le contact avec l'international était vraiment fait pour moi. Somme toute, assez instable professionnellement j'ai navigué dans différentes structures en privilégiant l'échange avec l'étranger.

En 2009 après une rupture sentimentale "bouleversante" on m'a proposé une poste d'assistante d'équipe d'ingénieurs, sous la direction d'une personne extrêmement rigoureuse, sans fantaisie aucune (c'est le milieu qui veut cela) et à un point tel que le niveau d'exigence allant crescendo dépassa largement mon retour d'autosatisfaction, que j'ai décidé de partir. Nous sommes plusieurs au sein de la même équipe à avoir pris cette décision, en quelques mois, espérant trouver l'épanouissement ailleurs. Juste avant cette décision, j'ai fait un bilan de compétences, qui a renforcé ma confiance en moi. J'ai un projet de business en indépendante mais aujourd'hui l'idée ne peut être appliquée par manque de temps et de moyens... Peut-être, et je l'espère que ma nouvelle situation va me permettre d'avancer sur cette piste.

Qu'est-ce qui vous a incité et motivé à faire un bilan de compétences ?

Je n'étais pas bien dans mon travail, avais pas mal d'interrogations sur mes "compétences" et souhaitais valider un projet.

Que vous a apporté ce bilan de compétences ?

La confiance en moi, et la confirmation que mon projet n'était pas fantaisiste.

Où en êtes-vous de votre parcours de reconversion, comment progresse-t-il ?

Statu quo, pour le moment, je viens de démissionner, ne supportant ma situation professionnelle.

Quelles ont été les réactions de votre entourage ?

Je n'en suis pas là, mais je ne peux pas dire que ma famille ou amis, soient convaincus pour le moment quant à mon projet.

Avez-vous douté, eu peur, des galères, voulu renoncer ?

Bien sûr !

Se reconvertir c’est plus facile aujourd'hui selon vous ? Est-ce à la portée de tout le monde ?Je pense que les mentalités sont en train de changer et les facilités ou contraintes dépendent aussi beaucoup des nouvelles lois - là en l’occurrence l’âge de la retraite vient d'être reculé, donc pour des personnes de mon âge pensant au temps de travail leur restant avant la retraite, il est cohérent si on est inconfortable dans son travail de souhaiter changer. Selon votre situation financière ou personnelle, non ce n'est pas à la portée de tous.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite se reconvertir ?

Je leur conseillerais de le faire, mais c'est comme une étude de marché, il faut en mesurer les enjeux, impacts et résultats.

Si c'était à refaire, vous recommenceriez ?

Je n'en suis pas là encore une fois, mais je n'ai jamais subit mon travail ou toujours éviter, donc ma potentielle réponse est oui, nous n'avons qu'une vie qui mérite la prise de risques.


Se former pour avancer.

Changez de cap et devenez consultante certifiée en gestion de carrière grâce à notre formation reconnue par l'Etat.

Je découvre la formation