Prendre rendez-vous pour un bilan
Qu'est-ce que le slow working ?

Qu'est-ce que le slow working ?

02 Feb. 2021
3 min

slow working    slow work le slow slow working  que veut dire slow working slow  working... que veut dire working work me slow

Vos journées de travail ont un arrière goût de voyage en TGV ? Vous avez à peine le temps de vous asseoir à votre bureau, échanger quelques mails, assister à une réunion en visio et la journée est déjà finie ? Et au final, vos dossiers n'ont pas avancé d'un iota… Pourtant, vous vous sentez stressée, vous avez l'impression de ne pas arrêter une seconde. Il est certainement temps de faire le point sur votre manière de travailler avant de tomber dans le piège du burn-out. Le slow working est peut-être la solution à vos problèmes.

Qu'est-ce que le slow working ?

Le slow working ne signifie pas travailler plus lentement ou moins efficacement. Au contraire, ce mouvement encore timide dans le monde professionnel propose de changer notre rapport au travail pour le rendre plus performant et plus agréable. 

Plus performant en arrêtant de brasser de l'air inutilement et plus agréable en prenant le temps de se concentrer sur les tâches vraiment importantes, celles qui font sens. Cette transformation passe par différentes remises en question, suivies d'ajustements à appliquer dans la durée. Le slow working n'est pas une mode à essayer pendant quelques semaines. Il s'agit bel et bien d'une révolution menant à un nouveau style de vie professionnelle. 

Apprendre à gérer son temps : le slow working

Dans un premier temps, la future slow workeuse doit apprendre à gérer son temps efficacement. L'idéal est de faire les choses simplement. Nul besoin d'investir dans une application onéreuse. Une feuille de papier ou une page de tableur suffiront amplement. L'idée est de définir quelques priorités parmi sa longue liste de tâches à faire. Il est en effet important de donner du relief à sa to do list. Sinon, on finit pas considérer que passer une commande de café est aussi important que préparer le dossier d'un nouveau client. 

Se fixer quelques objectifs pour la semaine puis les découper en tâches à réaliser chaque jour permet d'avancer plus sereine et plus sûre de soi. Cela nous donne aussi l'impression de faire progresser notre travail concrètement plutôt que le sentiment de pédaler dans la semoule à longueur de journée. 

Planifier son temps pourrait être considéré comme une perte… de temps. Mais c'est tout l'inverse, cela permet d'y voir plus clair et surtout de mettre en lumière nos capacités de travail et nos limites. À force de répéter cette routine de planification, vous saurez exactement combien de temps vous prend les divers tâches que vous avez à faire et vous pourrez accepter ou refuser un travail supplémentaire en toute connaissance de cause. 

Ne plus travailler dans l'immédiateté

Travailler uniquement dans le moment présent est générateur de stress et d'inefficacité. De quoi parle-t-on exactement par « travailler dans l'immédiateté » ? Il s'agit d'une non-organisation qui consiste à traiter les problèmes les uns après les autres au moment où ils arrivent. On pense aux mails auxquels on répond de manière quasi instantanée, aux crises diverses et variées qui n'étaient pas du tout prévues au programme, aux discussions improvisées après une réunion en visio et aux dizaines d'autres sollicitations que vous rencontrez chaque jour : notifications, coups de fil, réunions surprise, etc.

Difficile de se concentrer dans tout ce brouhaha… Mais le fond du problème, c'est que ce mode de travail ne permet absolument pas de sortir la tête du guidon pour réfléchir à ce que l'on est réellement censé faire pour faire avancer l'entreprise dans la bonne direction. Le slow working invite à faire des pauses quotidiennes pour faire le point et prendre du recul sur la situation. L'idée est de passer moins de temps à faire de l'opérationnel et plus de temps à faire de la stratégie.

Travailler moins mais mieux avec le slow working

En France, notre mentalité est telle que l'on se sent obligé de s'agiter dans tous les sens pour montrer à tous que l'on travaille beaucoup, que l'on travaille dur. Pourtant, ce n'est pas nécessairement de cette manière que l'on travaille bien !

Le slow working nous propose de réfléchir à la manière dont nous pourrions travailler moins mais mieux, c'est-à-dire plus efficacement. Même si chaque métier et entreprise ont leurs spécificités, plusieurs pistes générales sont souvent évoquées.

Tout d'abord, il est essentiel de quitter le mode multi-tâches. Il n'y a rien de pire que cette façon de travailler. Elle provoque de la fatigue mentale et est donc source d'erreur. Elle est également tout sauf performante. L'idéal est de se consacrer à une seule tâche à la fois, sans aucune distraction. L'effort fourni sera moins éreintant et le travail sera réalisé plus rapidement. 

Il est également suggéré de stopper définitivement les modes de communication inefficaces et chronophages. On pense bien sûr aux longues réunions en visioconférence qui ne font pas avancer les choses mais aussi aux e-mails envoyés pour un oui ou pour un non. Bien souvent, un coup de fil est bien plus rapide à passer et à traiter. 

Dans un monde qui va de plus en plus vite, il est rassurant de constater que des mouvements de pensée cherchent à nous faire entrevoir d'autres façons de faire, de travailler et tout simplement de vivre. Si le slow working vous paraît salvateur mais difficile à appliquer dans votre entreprise, peut-être est-ce temps pour vous de créer la vôtre et d'imposer vos valeurs.


Se former pour avancer.

Changez de cap et devenez consultante certifiée en gestion de carrière grâce à notre formation reconnue par l'Etat.

Je découvre la formation