Refuser une promotion sans perdre de plumes

Refuser une promotion sans perdre de plumes

23 Jan. 2020
3 min

Votre patron vous convoque, sourire aux lèvres, il est ravi de vous proposer une promotion, une belle opportunité, vous dit-il.
Vous rentrez chez vous, et sans savoir pourquoi, vous ne vous sentez pas bien. Vous devriez vous réjouir, mais vous êtes stressée, vous n’êtes pas sûre que cette évolution soit une bonne idée. Vous auriez envie de ne pas accepter, mais comment refuser cette promotion sans perdre de plumes ?

 

Promotion, un cadeau parfois intéressé ?

Vous vous sentez mal de n’être pas emballée à l’idée d’accepter une promotion ? Vous avez l’impression que l’on vous fait un cadeau, et qu’il serait malvenu de ne pas le recevoir avec gratitude ? Il peut être nécessaire de rappeler avant tout qu’un employeur qui cherche à vous faire évoluer ne le fait pas uniquement par pure bonté. Il peut très souvent être lui-même à la recherche de profils plus seniors, avoir besoin d’un nouveau manager ou préférer faire évoluer quelqu’un en interne sur ce nouveau poste vacant que de recruter une personne extérieure...

Ce qui est bon pour votre entreprise n’est pas forcément bon pour vous...

Si l’entreprise vous propose d’évoluer, ce n’est pas nécessairement que cette option vous convienne à cet instant de votre carrière, et ce, pour plusieurs raisons :

  1. Cette promotion est-elle incompatible avec vos propres projets d’évolution ? Par exemple, votre équipe grandit et au vu de votre ancienneté et de votre expertise, on vous propose d’en prendre la tête. Vous n’avez pas d’appétence particulière pour le management, cette promotion ne vous permettra pas d’évoluer davantage en expertise, vous pouvez avoir envie de refuser.
  2. Cette promotion vous apporte-t-elle une réelle amélioration de situation ? Certaines promotions peuvent être de fausses bonnes idées, par exemple, si l’on vous propose une promotion sans augmentation, ou un changement de statut d’employé à cadre sans nette amélioration de salaire, ce qui vous ferait monter vos charges mensuelles pour au final conserver, voire baisser vos revenus… Les calculs sont à faire !
  3. Cette promotion vous met-elle en situation d’inconfort au niveau de vos compétences ? Un nouveau poste, c’est parfois plus de stress, une montée en charge temporaire, mais aussi de nouvelles tâches que l’on ne maîtrise pas forcément bien. S’il est probable que votre employeur vous accorde sa confiance pour mener à bien ces nouvelles missions, vous êtes cependant en droit de ne pas vous trouver prête, d’avoir envie de plus de temps sur votre poste actuel pour bien en faire le tour.. Ou simplement de désirer une formation avant de sauter la marche !
  4. Cette promotion arrive-t-elle au bon moment dans votre vie ? On vous propose de prendre plus de responsabilités ? De changer de site de travail ? De changer d’équipe, de rythme ? Davantage de déplacements ? Peut-être n’est-ce pas le bon moment pour vous pour évoluer. Par exemple, si vous avez des enfants en bas âge, peut-être que l’augmentation en responsabilités vous demandera plus d’investissement encore, alors que vous aimeriez au contraire vous libérer du temps pour votre famille !

Les raisons sont multiples de penser que les promotions ne sont pas toujours que des bonnes nouvelles, à vous de peser le pour et le contre.

Refuser la promotion, ménager les susceptibilités

Vous avez envie de refuser, et tel est votre droit. Attention cependant à ménager les susceptibilités. Votre patron et la direction peuvent se trouver perplexes que vous n’acceptiez pas ce qui leur semble une faveur de leur part. L’équipe RH, quant à elle, peut aussi interpréter ce refus comme un manque d’ambition ou un manque d’implication s’il n’est pas bien expliqué, ce qui risquerait de vous placer tout en bas de la liste d’attente pour les évolutions prochaines… Pour éviter d’être mise au placard, soignez tout particulièrement votre communication auprès de chacun de vos interlocuteurs.

Expliquer son refus de manière positive

Mieux vaut bien expliquer les raisons qui vous poussent à refuser cette promotion pour éviter les impairs. Il y a des raisons très pragmatiques qui font que cette promotion ne répond pas à vos attentes, votre manager est en droit de les entendre !

Commencez toute négociation en remerciant de la confiance qui vous est accordée dans cette proposition d’évolution et en rappelant votre attachement à votre poste actuelle et à la structure de manière plus générale.

Expliquez votre refus avec un argumentaire clair, en vous montrant factuelle. Donnez les raisons rationnelles qui font que cette option pourrait par exemple vous éloigner de votre projet de carrière, ou vous apporterait des contraintes que vous n’êtes pas en mesure d’accepter à ce jour, par exemple de trop nombreux déplacements difficiles à gérer avec vos enfants, ou un changement de lieu de travail incompatible avec votre vie privée.

Restez ouverte, polie, essayez aussi de faire preuve d’empathie avec votre manager, en lui montrant que vous avez bien conscience des conséquences de ce refus pour lui. En effet, il va devoir trouver quelqu’un d’autre et expliquer votre point de vue à sa direction, ce qui n’est pas toujours confortable.

Ouvrez la conversation en rappelant votre désir de vous investir pour la société de manière pérenne, en rappelant au passage vos ambitions et votre implication.

****

Si vous n’êtes pas à l’abri qu’un refus de promotion viennent compromettre un peu votre avenir au sein d’une société, il existe des solutions pour vous faire entendre dans ces situations. En faisant preuve de transparence et en prenant le temps d’expliquer votre démarche à vos interlocuteurs, vous maximisez vos chances d’êtres comprise, voire écoutée dans vos projets de carrière.


Se former pour avancer.

Changez de cap et devenez consultante certifiée en gestion de carrière grâce à notre formation reconnue par l'Etat.

Je découvre la formation